tags, as close as possible to the opening tag. Creation Date: 05/23/2016 -->

Marcella, une enquêteuse dans la tourmente

Comme il existe un style "noir scandinave", le genre "british noir" fait également merveille sur le petit écran. La série britannique "Marcella" en est à sa deuxième saison sur Netflix. Un portrait tout en nuances d’une femme flic aux prises avec les tourments de sa conscience et une amnésie récurrente.

Marcella, une enquêteuse dans la tourmente © Netflix


Cette série policière est l’œuvre du scénariste suédois Hans Rosenfeld, qui avait réussi un coup de maître avec "The Bridge" (Bron). Portée par l’actrice Anna Friel, cette histoire tournée à Londres entremêle crimes en séries et dérives intimes. Notre coup de cœur du mois de juin sur Netflix.

Pause carrière

Pause carrière © Netflix

La pause carrière, c’est le lot de certaines mères, débordées ou dévouées. Après douze ans d’absence, Marcella Backland récupère son poste au sein du Met’s Murder Squad. Précédée d’une réputation d’enquêtrice hors pair et d’enquiquineuse, elle doit retrouver ses marques. Non seulement il lui faut replonger dans un vieux dossier criminel irrésolu, mais de plus, elle fait front aux problèmes de couple. Quand son mari la quitte du jour au lendemain, Marcella s’engouffre dans un versant sombre de sa personnalité, révélé au fil des épisodes. Pourquoi a-t-elle des pertes de mémoire soudaines? Des crises de panique? Ses enfants ont-ils choisi d’aller en pension ? Et que cache son mari ? Mêlé à d’occultes affaires immobilières, la figure ce cet homme se fissure au fur et à mesure que Marcella apprend ses incartades.

Au travail, Marcella investigue sur une série de meurtres qui ressemble à ceux de 2003 qu’elle avait tenté d’élucider. S’agit-il du même assassin ou d’un meurtrier copycat (inspiré par un maître)? Pour l'héroïne, que l’on sent fragile, se plonger dans les enquêtes semble être le seul remède au mal-être, son travail étant la colonne vertébrale qui l’empêche de s’écrouler.

Enquêter sur soi

Enquêter sur soi © Netflix

Dans la première saison se dessine le portrait d’une héroïne attachante et complexe. Dès la scène d’ouverture, Marcella apparait dans une baignoire, le visage ensanglanté. Se pose d’emblée la question d’un passé trouble et d’une possible culpabilité. Obstinée, menée par l’intuition, Marcella est respectée et crainte par ses collègues, tandis qu’avec son supérieur, elle entretient une relation particulière. Avec ses enfants, les liens se sont affaiblis. Abandonnée par son mari, Marcella en arrive à la conclusion qu’elle ne peut compter que sur elle-même. Elle se montre capable de tout, mettant sa vie et celle des siens en danger. Outre des attaques de panique, Marcella ne se souvient pas toujours d’où elle vient, de ses paroles ou de ses actes. Il lui faudra, au cours des deux premières saisons, apprendre qui elle est vraiment.

Une suite aussi captivante

Une suite aussi captivante © Netflix

Le plaisir se prolonge dans les huit épisodes de la saison 2. Marcella s’oppose à l’image parfaite du couple formé par son ex et sa nouvelle compagne, qui semble prête à s’occuper des enfants. Avec ses deux ados, rien ne s’arrange : les épisodes d’amnésie de Marcella se répètent, freinant sa disponibilité de mère. Dès lors que son fils se retrouve lié au meurtre d’un copain d’école, Marcella s’implique encore plus dans la nouvelle enquête pour traquer un effroyable tueur en série.


Un Emmy award

Un Emmy award © John Angelillo/Photonews

L’actrice britannique Anna Friel a reçu un Emmy Awards à New York en 2017 pour son interprétation de Marcella. Née en 1976  à Rochadale au Royaume-Uni, Anna Friel a débuté à la télévision dès 1991 avec la série "G.B.H.", puis "Emmerdale" et "Brookside". Au cinéma, elle joue dans "Tribe" (1996), "Trois Anglaises en campagne" et "Trader" (elle est l'épouse d'Ewan McGregor), "Me Without You" ou encore "Limitless" avec Bradley Cooper. En 2007, Anna Friel est nommée au Golden Globe de la meilleure actrice pour son rôle dans la série anglaise "Pushing Daisies".

Marcella est l’œuvre du Suédois Hans Rosenfeldt, à qui l'on doit "The Bridge" et de Nicola Larder. Cette série dégage un parfum d’inquiétante étrangeté, par sa narration à multiples points de vue et à rythme variables, selon les flashes-back et les épisodes névrotiques de l’héroïne. Comme il se doit dans une série policière maitrisée, le doute plane sur chaque protagoniste et les intrigues parallèles se rejoignent habilement l’intrigue centrale. Pour celles et ceux qui hésitent encore, on conclura que "Marcella" s'inscrit dans la lignée de "Bron", "The Killing" et de l'inspecteur "River", toutes séries convaincantes à regarder sur Netflix.

Regardez les 2 saisons de "Marcella" sur Netflix.

Choisissez Netflix comme bonus TV dans votre Tuttimus ou Familus pack et regardez ces séries directement sur votre TV (menu à la demande > series ou via la chaîne 204).

Lisez aussi notre avis sur la série "River".

Dossier séries scandinaves

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans